Fork me on GitHub

About

Vous êtes sur le weblog de JN Avila

Pages

Add some pages here, or start a new chapter.

Tag Cloud

Archives

Categories

Links

Alpinux
Aroblog
Hayabousa
Le blog de Raphy Stoller
le blog de Belu
stellamatutina
Da BOop
JS Zone
Irresponsable !
Blablog
Mistress Doom Bazar
Le monde de Cornelius
Why-Note

Search

Latest Comments

JN (Mes dernières lec…): Il faudra que tu attendes que j‘écrive un billet. Pour ce qui est de “sustainabilité”, ben c’est so…
Mathieu (Mes dernières lec…): Tiens, “sustainabilité”, c’est quoi le mot en vrai français pour dire ça ? “Durabilité”, “soutenabili…
Mathieu (Mes dernières lec…): Houlà, t’en as trop dit ! Balance !!!
JN (Mes dernières lec…): Et encore, je ne te parle pas de ce que je lis en ce moment…
Mathieu (Dernière lecture …): “Tous les habitants des pays développés sont dans une certaines mesure des enfants du pétrole. Le fai…
Mathieu (Mes dernières lec…): Waaaaa…. T’es vraiment à fond….

Stuff

Powered by PivotX - 2.3.3 
XML: RSS Feed 
XML: Atom Feed 

Quand Monsanto a commencé à créer des OGM en pleine nature

Friday 16 March 2012 at 1:09 pm

La lecture de la section bio de Slate.fr est très instructive. Cet article décrit les mésaventures de Monsanto lors de la commercialisation du Round-up. C'est une traduction de l'article d'origine plus riche en information.

Cette histoire, c'est celle d'une idée qui devait rapporter pendant des décennies à la firme en lui permettant de vendre un herbicide et des semailles résistantes, bref un duo gagnant. Sauf que cela a tourné court.

http://www.slate.fr/lien/51517/monsanto-herbicide-roundup-ready-mauvaises-agriculture
Read More

Mes derniers romans

Thursday 09 February 2012 at 9:00 pm

Avant-dernier : Le secret des glaces qui nous a été quasiment mis dans les mains par la vendeuse de France Loisir. Comme je m'en doutais, c'est très moyen avec un scénario bien charpenté, mais où la charpente est justement trop visible. Le style ne réhausse pas l'affaire, même si je ne suis pas certain qu'on le doive à l'auteur original. Bref, c'est du roman de gare d'anticipation moyen. Je ne vous en dirai pas plus, car il n'y aurait alors plus rien à y découvrir.

Dernier : Des chevaux sauvages ou presque. Celui-là, je l'ai choisi en lisant la quatrième de couverture. Un roman biographique de Lily Casey par sa petite file. Lily Casey est née en 1901 dans le sud des Etats Unis. Elle va traverser le siècle dans son pays, passant de cow-girl à maîtresse d'école, ou de servante à  tenancière. Bref, la trame n'est pas calculée, à peine romancée. Un bonne tranche de vie et une remise en perspective au niveau du quidam du pays de l'Oncle Sam. J'ai adoré.

La fin du cycle Inheritance

Monday 16 January 2012 at 10:27 pm

Voilà, ma douce m'ayant offert le dernier tome du cycle Inheritance au mois de décembre, appelé lui-même inheritance, il a bien fallu que je me décide à terminer la série. Comme le fait remarquer son auteur, l'histoire a commencé il y a quasiment 10 ans et la patience d'attendre le tome suivant a été une épreuve quasi olympique.

le dragon du tome inheritance

Depuis le premier tome qu'il avait écrit à 15 ans à ce dernier, on apprécie la maturation des personnages et de l'auteur. Ce qui m'avait emballé au début, c'était la foison imaginative qui, il faut le dire ne devait pas trop savoir où elle allait. Cette fin au contraire, respire l'organisation, l'ordre et un gros effort pour faire rentrer toutes le briques lancées au fil des romans dans un seul et même mur.

La mission est réussie, même si du coup, l'histoire perd un peu de saveur. Je ne suis pas mécontent de quitter Eragon avec une histoire définitivement bouclée.

Réflexe pavlovien

Thursday 08 December 2011 at 5:11 pm

Beaucoup de personnes qui me connaissent vous diront que j'ai tendance à douter, des fois au délà du raisonnable, de ce qu'elles me disent. Je ne pense pas être seul, car après tout, nous sommes dans la patrie de Descartes.

Si en plus la réunion est technique, là c'est carrément le mode paranoïaque qui se met en route, mais qui ne peut malheureusement empêcher toutes les erreurs. Dans ce mode, j'ai un cablage pavlovien sur certaines expressions.

Si quelqu'un commence la phrase par "en théorie" ou "en principe", j'ai les poils de la nuque qui se dressent immédiatement. On parle de technique au travail et la théorie, ça ne sert généralement qu'à expliquer pourquoi ça ne marche pas. Pour que ça marche, il faut un peu plus que des considérations éthérées.

Si la phrase commence par "a priori" ou "à première vue", la pensée réflexe qui me vient, c'est : "toi, mon gars, tu as été flemmard et tu n'as rien testé". Et tout le monde sait qu'un design fonctionne tant qu'on n'a pas essayé de l'utiliser.

Un autre cas est l'utilisation du conditionnel, ou pire un "ça devrait...", preuve d'un déli flagrant d'optimisme. Dans l'histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide, ce qu'il faut surtout retenir c'est que le verre n'est pas plein. Peu importe son niveau de remplissage réel finalement.

Dans tous les cas, je me souviens du commentaire de O'Toole "Murphy est trop optimiste".

La civilisation atteint enfin Chambéry

Saturday 03 December 2011 at 5:58 pm

Notre halle de marché couvert a subi une mutation durant les dernières années pour accueillir de nouveaux magasins et un marché couvert rajeuni. La réouverture hier du marché a amené de nombreux curieux... Hé oui, par ici, c'est un évènement ! Rendez-vous compte, on a enfin une FNAC !

Mais le clou de cette réouverture, c'est... les escalators ! Comme me dit ma seconde : ça manquait, il n'y en avait pas à Chambéry.

Après Internet et les escalators, que va-t-il nous arriver pour que notre belle région sorte de son arriération ;-) ?

Un éponyme dont on se passerait bien

Tuesday 22 November 2011 at 1:02 pm

Au détour de mes lectures et surf sur internet, j'ai découvert une technologie qui porte mon nom. Elle s'appelle Avila Link. Malheureusement, il n'y pas vraiment lieu de s'en réjouir, mais comme je suis joueur, avant de vous donner l'explication, je vais vous la présenter sous forme d'une devinette.

Le mot "Link" dans le nom est un intrus à deux titres. Le mot Avila n'a rien à voir avec la ville espagnole, mais avec le nom d'un province d'un autre pays de langue espagnole.

Read More

séquence nostalgie

Tuesday 18 October 2011 at 12:16 pm

Culture personnelle, culture d'entreprise et culture nationale

Thursday 29 September 2011 at 08:33 am

Voici une petite histoire sur le thème des petites (ou grandes) différences dans les manières de faire les choses ou d'aborder les problèmes, tirée d'une expérience récente.

Lors du démarrage d'une machine montée en partie au USA, des problèmes électroniques apparemment incompréhensibles se sont posés. Les mesures de tensions à différents points de la machine ne correspondaient pas du tout aux résultats attendus, avec des valeurs aberrantes dépassant mêmes les gammes possibles pour le signaux mesurés ! Après une recherche en long en large et en travers sur des problèmes de câbles, car le câblage avait été réalisé en France, nous en avons déduit que la carte électronique que nous avions sous les yeux ne correspondait pas aux schémas sur lesquels nous fondions nos recherches. Après encore un peu plus de temps, nous en sommes venus à la solution : les connecteurs double-rangées de cette carte, au lieu d'avoir une numérotation par ligne puis par colonne (ce qui donnait une ligne de pins paires et une ligne de pins impaires) avait été numéroté avec une priorité sur la colonne , puis sur la rangée. Aucun de nous n'avait jamais vu une telle numérotation. Spécificité américaine ?

Information prise auprès d'un collègue américain de la personne en charge du montage, cette numérotation semble spécifique à cette personne, pour des raisons qui restent mystérieuses.

Il y a un dicton d'ingénierie en anglais qui dit "Don't assume anything".  Encore une fois, vrai...

Linkdump

» Tout est dans le message de commit

Le patch n'est pas parlant, mais le message si !

  No comments |
» Avis aux intéressés

L'ANSSI recrute à tour de bras.

Note : et il semble qu'il y en ai besoin...

  No comments |
» Le GTAC 2011 est un excellent cru

avec une intervention sur ce qui caractérise une entreprise de logiciel de classe mondiale ou une autre sur l'aspect de gestion du risque sur l'information

  No comments |