Fork me on GitHub

About

Vous êtes sur le weblog de JN Avila

Pages

Add some pages here, or start a new chapter.

Tag Cloud

Archives

Categories

Links

Alpinux
Aroblog
Hayabousa
Le blog de Raphy Stoller
le blog de Belu
stellamatutina
Da BOop
JS Zone
Irresponsable !
Blablog
Mistress Doom Bazar
Le monde de Cornelius
Why-Note

Search

Latest Comments

JN (Mes dernières lec…): Il faudra que tu attendes que j‘écrive un billet. Pour ce qui est de “sustainabilité”, ben c’est so…
Mathieu (Mes dernières lec…): Tiens, “sustainabilité”, c’est quoi le mot en vrai français pour dire ça ? “Durabilité”, “soutenabili…
Mathieu (Mes dernières lec…): Houlà, t’en as trop dit ! Balance !!!
JN (Mes dernières lec…): Et encore, je ne te parle pas de ce que je lis en ce moment…
Mathieu (Dernière lecture …): “Tous les habitants des pays développés sont dans une certaines mesure des enfants du pétrole. Le fai…
Mathieu (Mes dernières lec…): Waaaaa…. T’es vraiment à fond….

Stuff

Powered by PivotX - 2.3.3 
XML: RSS Feed 
XML: Atom Feed 

« Une démonstration de … | Home | Ah, les signatures de… »

Quand la finance est juge et partie

Sunday 07 February 2010 at 10:42 am. Used tags:

Je viens de tomber sur un article du monde qui fait directement écho à des réflexions nocturnes de jeudi soir sur l‘économie actuelle, et à d’autres plus anciennes . Réserves d’usage : je ne suis pas économiste, et ce que je pense des théories économiques ne leur font pas honneur.

Donc, aujourd’hui, les agences de notation économique qui il n’y a encore pas si longtemps annonçaient un avenir radieux pour des banques et sociétés trempées dans les subprimes, préviennent les investisseurs que les États qui ont du recourir à des emprunts importants pour “sauver” le monde économique privé ne sont plus dignes de confiance pour le remboursement de leur dettes. Il faut dire qu’elles sont bien placées pour le savoir, elles ont pu mesurer l’ampleur de leurs erreurs d’appréciation, et en plus sans en subir l’impact économique (Standard&Poor’s a eu un revenu de 2,6 milliards de dollars pour l’année 2008). Voilà donc les États qui doivent se vider de leur substance et s’endetter pour nourrir la bête, et cette même bête qui mord la main qui la nourrit…

D’un autre côté, ce mouvement n’a pas échappé et a même été anticipé par certains du LEAP

Ainsi, à force de tenter de porter sur leurs épaules le poids toujours croissant de la crise en cours, la plupart des Etats concernés, y compris les plus puissants, ne se sont pas rendu compte qu’ils étaient en train d’organiser leur propre écrasement sous le poids de l’Histoire, oubliant qu’ils n‘étaient que des constructions humaines, ne survivant que parce que l’intérêt du plus grand nombre s’y retrouvait. Dans ce numéro 32 du GEAB, LEAP/E2020 a donc choisi d’anticiper les conséquences de cette phase de dislocation géopolitique sur les Etats-Unis et l’UE.

Et une analyse un peu plus récente , nous montre que cet enferrement des État est loin d‘être terminé

One comment

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Del.icio.us
  • Digg
  • Facebook
  • Google
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Tumblr
  • Twitter
cornelius

voir la Grèce , le Portugal et l’Espagne j’ai lu récemment une info disant que si les états de la zone euro arrivaient à limiter au maximum le recours aux emprunts et aux assurances à coût prohibitif par les pays les plus à la dérive un retournement de situation pourrait être possible Angela Merkel , selon l’article , semblerait se laisser convaincre …

cornelius - 09-02-’10 14:04




(optional field)
(optional field)
Remember personal info?
Small print: All html tags except <b> and <i> will be removed from your comment. You can make links by just typing the url or mail-address.