Fork me on GitHub

About

Vous êtes sur le weblog de JN Avila

Pages

Add some pages here, or start a new chapter.

Tag Cloud

Archives

Categories

Links

Alpinux
Aroblog
Hayabousa
Le blog de Raphy Stoller
le blog de Belu
stellamatutina
Da BOop
JS Zone
Irresponsable !
Blablog
Mistress Doom Bazar
Le monde de Cornelius
Why-Note

Search

Latest Comments

Stéphan (un petit ajout à …): C’est çà la célébrité…
JN (Mes dernières lec…): Il faudra que tu attendes que j‘écrive un billet. Pour ce qui est de “sustainabilité”, ben c’est so…
Mathieu (Mes dernières lec…): Tiens, “sustainabilité”, c’est quoi le mot en vrai français pour dire ça ? “Durabilité”, “soutenabili…
Mathieu (Mes dernières lec…): Houlà, t’en as trop dit ! Balance !!!
JN (Mes dernières lec…): Et encore, je ne te parle pas de ce que je lis en ce moment…
Mathieu (Dernière lecture …): “Tous les habitants des pays développés sont dans une certaines mesure des enfants du pétrole. Le fai…

Stuff

Powered by PivotX - 2.3.3 
XML: RSS Feed 
XML: Atom Feed 

« Diagramme camembert (… | Home | Pousser une branche l… »

Réflexions sur les mûres

Monday 30 August 2010 at 12:50 pm.

Hier, nous sommes allés cueillir des mûres sauvages. La mûre est un fruit assez particulier car dans les quelques heures qui suivent la cueillette, leur goût change au point qu’on n’a pas l’impression de manger le même fruit.

Alors évidemment, on peut trouver sur les étales des marchés ou des primeurs des petites barquettes de mûres d‘élevage dont la grosseur démesurée n‘égale que la fadeur. Pour ma part, rien ne vaut le goût encore légèrement acidulé où la fraîcheur de la cueillette se combine à la tiédeur de fruit qui vient d‘être chauffé au soleil.

Et puis, il n’y a pas que le goût. Pour cueillir la mûre, il y a un cheminement qui commence par la nécessité de rechercher des ronces bien peuplées, de débusquer le fruit caché sous les feuilles, de jauger de sa maturité et de sa taille, de jauger aussi de l’allonge nécessaire pour l’atteindre et le cueillir.

Puis, c’est le moment de se lancer, non sans faire attention aux obstacles que constitueront les épines et les orties, obstacles qui laisseront pour quelques heures ou quelques jours des traces de combat sur les bras et les jambes laissés à nu par inadvertance. Enfin, lorsque l’on tiendra le fruit, faut-il le savourer immédiatement ou le garder dans la bassine pour le partager en famille ou le cuisiner en confiture ?

Oui, la mûre fraîche est un fruit vraiment très particulier. Et je suis heureux que mes filles le connaissent.

four comments

These icons link to social bookmarking sites where readers can share and discover new web pages.
  • Del.icio.us
  • Digg
  • Facebook
  • Google
  • LinkedIn
  • StumbleUpon
  • Tumblr
  • Twitter
Nathalia

Et je ne vous parle pas de l‘état de la cuisine ;-)

Nathalia - 30-08-’10 19:57
Mathieu

“faut-il le savourer immédiatement ou le garder dans la bassine pour le partager en famille ou le cuisiner en confiture ?”

Il apparait clairement que tu oublies une troisième voie auquelle j’attache une importance toute particulière et tu le sais : attendre que les membres de la famille remplissent la bassine placée devant soit qu’il faudra s’empresser de vider en douce !

Mathieu (Email ) - 30-08-’10 20:47
JN

@Nathalia: oui, mais la cuisine ne fait pas partie de la cueillette !

@Mathieur: Ne t’en fais pas, j’ai déjà des aficionados de cette troisième méthode, que je préfère taire de peur de provoquer des vocations !

JN (Email ) (URL) - 01-09-’10 14:47
Mathieu

C’est marrant, tu as oublié un détail important que tout cueilleur de mûres connait: il faut lutter contre la peur des punaises, repousser ces viles bestioles volantes pour pouvoir atteindre le fruit mûr ! Oui, la mûre se mérite !

Mathieu - 01-09-’10 22:58




(optional field)
(optional field)
Remember personal info?
Small print: All html tags except <b> and <i> will be removed from your comment. You can make links by just typing the url or mail-address.